Cyclorandonneurs Caudanais : site officiel du club de cyclotourisme de CAUDAN - clubeo

Témoignage : le VTT dans la vallée du Rhin

7 janvier 2015 - 19:36

Voilà maintenant 3 mois complets que je suis arrivé en Allemagne. Ce n’est pas pour autant ma première expérience dans ce pays, puisque j’y avais déjà séjourné 10 semaines l’hiver dernier, entre le décembre 2013 et mars 2014.

 

Cette fois-ci, partit dans le cadre d’un service civique et dans le but d’apprendre au maximum la langue, je me suis expatrié pour un an. Un an, c’était trop long pour moi sans vélo. Je m’étais de plus renseigné auparavant sur la géographie de la région ou j’allais, la vallée du haut-rhin moyen, aussi appelé le Rhin Romantique entre Mayence et Coblence. Cette vallée longue de 65 Km est, au passage, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. En plus de nombreux châteaux, datant pour la plupart du Moyen Âge, elle est bordée par des vignobles qui s’étalonnent presque à la verticale le long des collines.

 

Certaines de ces « collines » montent jusqu’à 130 mètres au-dessus du Rhein, et quand on quitte un peu les berges, ces collines peuvent atteindre entre 600 et 650 mètres d’altitude (sachant que l’altitude la ville où je vis, Bingen am Rhein, est évaluée à 89 mètres au-dessus du niveau de la mer). Imaginez donc le potentiel, sachant qu’il y a dans le coin, des hectares de forêts. Il aurait été dommage de passer à côté d’une occasion pareille et de ne pas tenter de faire quelques randonnées. C’est pourquoi, non sans mal, je suis venu avec mon vélo, qui m’a été expédié par la poste –Que je vous déconseille d’ailleurs, si vous ne voulez pas voir votre vélo abimé –

Après m’être renseigné à droite à gauche pour connaître l’excitante d’un club de vélo dans la région, il s’est avéré que le premier club de VTT se trouve à aux trentaines de kilomètres d’ici. Un peu dommage, et donc difficile de découvrir les bons spots de la région tout seul. Fort heureusement, grâce au bouche-à-oreille, j’ai finalement entendu parler d’un groupe de Vététistes « sauvage », qui se rencontrent de mars à fin novembre tout les dimanches. Je me suis donc pointé sur leur lieu de rendez-vous un dimanche matin et en effet, il y avait bien du monde qui était là pour aller rouler.

 

La première fois, seuls deux étaient là, en raison d’un brouillard épais qui recouvrait la région. Cela ne nous a pas empêché d’allers faire quelques 30 kilomètres dans ces montagnes. Malgré le manque de visibilité, et le fait que je n’ai pas pu profiter des paysages, une première sortie tout de même agréable, avec des terrains qui confirmaient mes attentes, malgré une absence de chemins techniques à mon goût.

Les randonnées suivantes furent plus froides mais également plus humides. Qu’à cela ne tienne, en Bretagne on a pas peur de la pluie, si ? À chaque randonnée, mes nouveaux compagnons de route ont pour habitude de s’arrêter dans une auberge, un café, marché de Noël (lors de la saison), qui n’ont d’ailleurs pas peur de nous accueillir malgré la boue qu’on laisse derrière nous ! Ici, il y en a quelques-unes (auberges) au milieu des bois. Décoration forestière, feux de cheminée, gâteau fait maison, un vrai bonheur après une randonnée humide et froide. Enfin « pendant » la randonnée. Après, il faut remonter sur son vélo, et même si cela n’est que pour quelques kilomètres, ça fait toujours mal de quitter le feu de cheminée pour retourner dans le froid. Mais c’est ainsi, et ça reste tout de même des moments conviviaux où l’on prend un peu de temps pour échanger. Si vous vous posez la question, ils ne boivent pas de bière pendant la randonnée, et ne se ravitaillent pas en charcuterie non plus.

Les randonnées durent environ entre 40 et 50 kilomètres en moyenne jusqu’à présent, mais je pense qu’en temps normal ils font moins. Leurs stats sur l’année 2014 : 704 Km en 20 rencontres (pause l’hiver et lors des différentes vacances), dénivelé = 14.263 hm, et entre 5 et 15 participants en moyenne. Alors me direz vous, quand on aime on ne compte pas, mais ça vous donnera quand même une idée du type de cyclos avec lesquels je roule.

 

Après un retour exprès en France à Noël, où je n’ai pas eu l’occasion de sortir mon vélo, me voilà de retour en Allemagne. Ici, il fait encore plus froid, il a neigé le jour de mon retour. Je n’ai pour le moment, pas eu de nouvelles de mes nouveaux compagnons, qui font une trêve d’hivers pour la plupart. Mais maintenant que je connais un peu mieux la région, le plus dur est fait, et je compte d’ailleurs prochainement ressortir le vélo !

 

Une joyeuse année à tous, et bonne route !

 

Clément

 Nom du col : "Franzosen Kopf" Traduction : La tête de Français

 

Commentaires